Le premier cirque amateur de France

Accueil > Historique > 1997, le renouveau

1997, le renouveau

les manifestations organisées pour célébrer le 70ème anniversaire se sont déroulées sous un chapiteau de 2000 places loué à FANNI. Salle comble que n’aurait pas pu accueillir le nouveau chapiteau (capacité 1150 places), acheté neuf en 1990 grâce à un emprunt.

De la France entière, les anciens Cadets sont venus dire leur attachement à leur cirque qui les a marqués au plus profond d’eux-mêmes. Une impressionnante exposition à l’Hôtel de Ville retrace le chemin parcouru et démontre la richesse du passé, la foule d’expériences individuelles qui forment le véritable ciment de l’association. La vie du Cadets’ Circus est étroitement liée avec celle d’Étréchy : de nombreux « anciens » disent le bonheur de revoir les photos jaunies d’avant guerre. Au total, l’équipe regroupe maintenant près de 250 personnes. ;

L’enthousiasme et l’énergie dégagée durant ces festivités ont galvanisé les troupes

C’est bientôt l’an 2000, il faut évoluer vers le 21eme siècle.

L’idée de construire une nouvelle salle a déjà traversé l’esprit de membres du cirque il y a quelques années, des plans ont été réalisés mais l’idée n’aboutit pas.

Le renouveau arrive aussi durant cette décennie au niveau du chapiteau. Tout d’abord une nouvelle piste vient remplacer celle construite en 77 par Fox (Michel Terrien)

Durant 3 ans Patrick Le Saut imagine et dessine les plans d’une structure autoportée et dépliable rapidement.

Le projet est présenté par l’équipe technique au conseil d’administration qui vote immédiatement le budget.

En septembre 2001 les premières livraisons de matériel arrivent au Touchet, les coups de meules et les premiers points de soudure se font dans les ateliers.

Le châssis équipé de six roues indépendantes est rapidement fini. D’un autre coté de nombreuses grilles sont fabriquées. C’est seulement dans la tête de certain que la piste avance, dans les granges s’entassent des grilles. Ce n’est que le weekend où toutes ces grilles sont fixées au châssis que la piste prend forme.

Les problèmes se posent aussi vite qu’ils se résolvent. Toute l’équipe technique met la main à la pâte sur la piste : les soudeurs aguerris comme Jean, Jacky, Patrick et François mais aussi Marc, Frédéric, Philippe, Francois pour découper, ajuster, ébarber…
Neuf mois plus tard la piste sort des ateliers. Tout est prêt pour le spectacle.

Et l’histoire n’est pas terminée. A l’approche des 80 ans du Cadets’ Circus, l’ensemble de la troupe, les monteurs, les costumières et les techniciens sont fiers d’appartenir à une association probablement unique dans son genre, et qui n’a jamais été aussi jeune dans l’esprit.