Le premier cirque amateur de France

Accueil > Historique > 1921, les cadets de la juine > Le fondateur : Père André

Le fondateur : Père André

jeudi 16 octobre 2014, par Frédéric Helleux

Le Père André

Ernest Eugène Regnault est né le 5 septembre 1882 à Grandcamp-les-Bains (Calvados). Il entre dans l’ordre des Prémontrés en octobre 1902, à l’abbaye Saint-Martin de Mondaye, située sur la commune de Juaye-Mondaye, au sud de Bayeux. Le 11 novembre 1902 il prend l’habit et le nom de Frère André. En 1903, il part pour la Belgique avec sa communauté où il devient sous-diacre près de Bruxelles en 1907. Il est nommé Vicaire de la paroisse de Montlhéry en octobre 1911 pour revenir près de sa mère souffrante. De 1914 à 1917 il est mobilisé au desvice de l’intendance à Saint Cyr dans les Yvelines. C’est en 1921 qu’il est nommé curé de la paroisse d’Etréchy.
Le Père André
Très actif sur la paroisse,il fonde rapidement une société de gymnastique ainsi qu’une compagnie de théâtre. Il retourne régulièrement aussi à Grandcamp et décide d’organiser des camps de vacances d’abord puis, fonde la colonie de vacances quelque temps avant-guerre. Il organise aussi avec les « grands » du Cadets’ Circus des pèlerinages à Chartres ou à Bagneux.
En 1940, après le bombardement de l’exode au niveau d’Etampes, Le père André promit solennellement d’édifier un monument de reconnaissance à la vierge Marie dès que les hostilités de la seconde guerre mondiale seraient terminées si Etrechy et ses habitants se trouvaient épargnés par les atrocités de la guerre. Durant ces années le Père André milite au sein du réseau Libération Nord et échappe à une arrestation de justesse. en 1944 le cirque sous surveillance cesse son activité pour reprendre de plus belle dès la libération avec des "tournées" régionales en Essonne et dans le Calvados.
C’est en 1949 que Marcel Daniel, un des membres fondateur du cirque, donne un terrain au père pour y construire (avec l’aide entre autre de René Amiard et Lavigne tout deux aussi membres du cirque) l’ex-voto (grotte et crucifix) surplombant Etréchy.
Il se lance aussi une colonie de vacances face à la mer à Grandcamp maisy qui fermera ses portes qu’en 1979

Le Père André décède à Etréchy le 12 janvier 1952.

Etre à la fois Curé de campagne et Directeur de cirque, cela aurait pu surprendre de la part de tout autre que le Père André. En fait, le Cadets’ Circus est né de la conjonction d’un certain goût de l’aventure (il avait faillit devenir aumônier des forains en Belgique après avoir été de tout temps attiré par le cirque) et de réelles qualité d’éducateur. Aucun de ceux qui l’ont connu ne pourra oublier sa bonté qui n’allait pas sans une certaine fermeté et surtout sa foi solide et communicative alliée à une indéfectible confiance en la Providence.

L’ordre des prémontrés

L’ordre des Prémontrés a été fondé en 1121, par Saint Norbert, à une époque où d’autres communautés prenaient naissance (chartreux, cisterciens, victorins…). L’origine du nom vient du lieu de fondation : dans l’Aisne (02), près de Laon dans le lieudit de Prémontré, au cœur de la forêt de Saint-Gobain.
La vocation de cette famille religieuse est de vivre l’idéal de la première communauté chrétienne de Jérusalem pour permettre à des clercs de mener la vie commune et le service pastoral de l’Eglise.
A l’apogée du XIIIe siècle, l’Ordre a possédé plus de six cents maisons dont une centaine en France. Il compte aujourd’hui 70 abbayes regroupant quelque mille cinq cents religieux (dont plusieurs maisons féminines) sur les cinq continents On trouve aujourd’hui deux abbayes prémontrées françaises : Saint Martin-de-Mondaye (Normandie) et Saint Michel-de-Frigolet (Bouches-du-Rhône)

L'abbaye de Monday
Fondée en 1200, Saint-Martin de Mondaye est la seule abbaye canoniale de l’ordre des Prémontrés encore en activité en Normandie. Suite aux mesures prise à l’encontre des congrégations religieuses en France durant la Révolution française, l’abbaye de Mondaye dut émigrer en Belgique de 1791 à 1858 puis, les lois de la République contraignent de nouveau la communauté à l’exil de 1880 à 1894 et de 1903 à 1921.